• Sidi Ahmed Benyoucef

     

     

     

    Une autre version sur le net se rapportant au

    saint marabout, patron de la ville de Miliana,

     

    SIDI AHMED BENYOUCEF

                                       Intérieur de la Mosquée de Sidi Ahmed Benyoucef à Miliana                                  


     

     

    Sidi Ahmed Benyoucef, l’un des saint algériens les plus populaires est le saint patron de la ville de Miliana. Miliana, à 130 kilomètres à l’ouest d’Alger, semble suspendue aux flancs du Zaccar d’où elle domine à la fois la vallée du Chélif et le grand plateau, prolongement de la montagne.

    Miliana est connue, depuis longtemps, pour ses vergers où poussent à profusion des fruits. Miliana est connue depuis l’antiquité. L’itinéraire d’Antonin, sorte de répertoire antique des villes et cités antiques, cite à l’emplacement actuel de la ville ou dans ses environs, une agglomération du nom de Malliana et saint Augustin évoque un évêque de cette cité, Victorien de Malliana.

    Une stèle découverte en 1849 à Khemis-Miliana, porte le nom de Manliae, fille d’un certain Lucius, propriétaire d’un grand domaine de la région. On a rapproché tous ces noms de celui de Miliana, auquel on a donné une origine latine.

    Mais certains auteurs qui ne partageant pas cette hypothèse, pensent plutôt à un nom berbère : une cité fortifiée du Touat, qasr, porte ce nom ainsi qu’une fraction de la tribu berbère des Bani Handel. L’antique Miliana correspondrait plutôt à la cité de Zucchabar, signalée par une pierre retrouvée lors de travaux de terrassement sur la rive droite du Chélif.

    Si Miliana s’enorgueillit d’avoir pour saint patron Sidi Ahmed Benyoucef, celui-ci n’est pas natif de la ville. En fait, beaucoup de saints ne sont pas originaires des villes qu’ils patronnent : ainsi, Sidi Abderrahmane, saint patron d’Alger, est originaire des Issers, Sidi Boumediene, saint patron de Tlemcen vient d’Andalousie, beaucoup de saints sont originaires du Sahara occidental (Rio de Oro), depuis toujours, pépinière des saints du Maghreb.

    Si Miliana a fait de Sidi Ahmed Benyoucef son patron, c’est parce qu’il y est enterré. Il est né entre 1432 et 1440 de l’ère chrétienne, selon la version la plus courante, à Galaât Banu Rachid. Il est mort en 1524 ou 1527 à Biraz, aujourd’hui Al’Amira, à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Aïn Defla.

    Des généalogistes lui donnent une origine arabe et le rattachent à la famille du Prophète mais en réalité, c’est un Berbère, ainsi que le montre le nom de certains de ses ancêtres : Yamdas, Tadhir, Yaâla, etc. Par ailleurs, on le rattache souvent à la grande tribu berbère des Maghraouas. Son principal biographe, Al Sabbagh lui attribue des mots et même des phrases en berbère.

    Ainsi, il se faisait appeler dadda, mot berbère bien connu qui signifie «grand frère». Ahmed est le nom de notre saint, Youcef serait le nom de son père ou de son grand-père, mais on ignore tout de ce personnage.

    La tradition orale est, dès son origine, entourée de légendes. Plusieurs récits sont rapportés, les uns plausibles, les autres beaucoup moins. Selon un récit, Youcef serait le père adoptif qui a recueilli «notre saint» à sa naissance. Comme il se doit, pour un grand saint, Ahmed Benyoucef était orphelin de père et de mère.

    On rapporte que le nommé Youcef se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube, quand il entend les vagissements d’un nourrisson. Il s’approche et voit un enfant, dans son berceau, recouvert de ses langes. Il croit à une apparition et prend peur. Il sait que les djinns prennent souvent des formes humaines pour tromper les gens. Il recule donc, mais l’enfant pleure. Il ne peut le laisser là, dans le froid. Il retourne vers lui et le prend.

    Or, dit encore la légende, cet homme qui n’avait pas d’enfant – il croit donc à un don du Ciel – va adopter ce nourrisson. Sa femme, bien entendu, est heureuse. Voilà longtemps qu’elle souhaitait serrer un enfant dans ses bras ! On s’informe tout de même sur la famille de l’enfant et comme personne ne le réclame, on va le garder. Youcef de la légende n’était pas très riche, mais il nourrit le bébé du lait de sa vache et l’a élevé en l’entourant de beaucoup d’affection.

    Selon une autre légende, plus courante, Benyoucef était le fils d’un santon du Gourara, un certain Mansour, surnommé Boukerkour (l’homme au gros rocher) dont le tombeau est encore visité de nos jours.

    On rapporte que Mansour était déjà vieux, presque impotent, quand Benyoucef est né. Les gens de son entourage sont très surpris qu’un vieillard, qui tient à peine sur ses jambes, ait engendré ! Il est la risée de tous ces gens qui doutent de sa paternité. «Cet enfant est bien vigoureux, lui disait-on, comment peut-il avoir pour père un vieillard flageolant ?»

    Irrité par les plaisanteries et les sous-entendus, le vieil homme convoque la foule et lui dit : «Je veux couper court à toutes les supputations sur la naissance de mon fils. Aujourd’hui-même, devant vous, je vais le soumettre au sort !»

    Les gens se regardent, surpris par cette réaction.

    «Que veux-tu faire ?» lui demande-t-on. Mansour ne répond pas à la question mais demande qu’on allume un brasier. Puis il va chercher le bébé et le montre aux gens :

    «Je vais le jeter dans le feu : s’il n’est pas mon fils légitime, qu’il soit consumé, en revanche, s’il est de mon sang, qu’il ne lui arrive rien !», et devant la foule horrifiée, il jette le bébé dans le feu. Il laisse passer un instant puis il ordonne qu’on le retire. Miracle : les langes ont brûlé mais l’enfant n’a aucune brûlure et sourit !

    On a très peu d’informations sur l’enfance et la jeunesse d’Ahmed Benyoucef. Il a dû faire ses études dans son village natal, s’initiant aux principales disciplines qu’on apprenait alors : l’écriture, la grammaire arabe, le calcul, les sciences religieuses. Il aurait suivi, un peu plus tard, les cours de maîtres de son époque, notamment le mystique Ahmed Zarrouq al-Barnousi qui l’a initié au soufisme, le mysticisme musulman, notamment à la tariqa (voie) des Chadouliyya. C’est Zarrouq qui l’a revêtu de la khirqa, la bure des initiés et qui lui a fait faire sa retraite spirituelle.

    Après cette retraite, Ahmed Benyoucef prend la route pour pratiquer, selon les principes de sa tariqa, l’errance ou siyah’a qui va le conduire, durant une quinzaine d’années à séjourner dans plusieurs villages et villes d’Algérie. Ses séjours dans l’Ouarsenis et le Djurdjura, en Kabylie, ont été les plus longs. En Kabylie, il aurait vécu dans plusieurs villages, s’occupant d’enseignement et de prédication.

    Il était très écouté et on le sollicitait souvent pour régler des conflits entre personnes. Il procédait aussi à la réconciliation dans les querelles entre villages et même entre tribus, évitant ainsi les conflits qui pouvaient, à cette époque, dégénérer en guerres fratricides.

    Les biographes représentent Sidi Ahmed Benyoucef comme un homme de grande taille, avec une longue barbe qu’il tressait et qu’il dénouait quand il était irrité. Contrairement à beaucoup de saints qui prêchaient la sobriété et la réserve, c’était un homme jovial qui appréciait les bonnes choses et aimait jouir de la vie.

    Il portait un turban, une djellaba et un burnous blancs, il aimait s’asseoir sur les beaux tapis et il appréciait les lits douillets. Il aimait également la bonne nourriture et il se plaisait à dire :

    «Mes disciples doivent bien se nourrir, ils doivent être comme la cornemuse qui ne résonne que lorsqu’elle est pleine !».

    Il s’opposait ainsi à un autre saint, Sidi Boumediene qui, lui, recommandait à ses disciples de se priver de tout et d’être maigres comme des flageolets pour glorifier le nom de Dieu ! On connaît aussi des saints orientaux qui se privaient de tout, y compris de nourritures, parce qu’ils croyaient, en étant ainsi, être agréables à Dieu.

    Or, dans la logique de Sidi Ahmed Benyoucef, si Dieu a créé tant de bonnes choses, c’est pour que l’homme en profite ! Laisserait-on les fruits pourrir sur les arbres ? Et toutes ces bêtes qui fournissent de si succulentes viandes… Le péché, ce serait de ne pas en jouir, bien entendu en toute licéité et sans goinfrerie ni gaspillage.

    En aimant les bonnes choses, notamment faire bonne chair, le saint ne faisait que se conformer à ce principe coranique qui dit que Dieu a créé les bonnes choses pour que les hommes en profitent.

    Au demeurant, Le Coran a rejeté le monachisme.

    «Nous avons fait suivre (Les Envoyés) de Jésus, fils de Marie, et nous lui avons apporté L’Evangile et mis dans le cœur de ceux qui l’ont suivi douceur et mansuétude. Quant au monachisme (rahbâniyya), qu’ils ont inventé, nous ne le leur avons pas prescrit, (ils devaient) seulement rechercher l’agrément de Dieu, mais ils ne l’ont pas observé comme il se devait. A ceux qui ont cru, nous avons accordé leur récompense. Mais la plupart d’entre eux sont des pervers» ( Le Fer, s. 57, v. 27).

    Cet amour des choses terrestres ne l’a pas empêché d’être un saint comme les autres, c’est-à-dire humble et modeste. C’est ainsi que, selon ses biographes, il a adressé, un jour, cette prière à Dieu :

    «Dieu, je voudrais que tu me rendes comme le parterre que foulent le musulman et le non-musulman…» Ahmed Benyoucef a eu plusieurs épouses, on connaît le nom de quatre d’entre elles et les conditions dans lesquelles il les avait épousées…

    Sidi Ahmed venait juste de rentrer de Béjaïa où il avait fait ses études quand il a fait le projet de se marier avec une jeune fille. Elle s’appelle Setti et elle lui plaisait. Le père de la jeune fille, un certain ‘Amr ben Ali al Machrafi, était connu : il était non seulement riche mais se disait même être un saint. Le jeune Ahmed envoie des disciples faire la demande. Le père refuse aussitôt :

    «Je ne peux accorder la main de ma fille à cet individu !»

    Les envoyés s’étonnent :

    «Ahmed est un garçon correct, rien ne justifie ton refus !»

    Le père explique que le jeune homme est un déviant et qu’il répand des doctrines contraires à la religion.

    En fait, il était jaloux de Ahmed qui commençait à faire parler de lui et comme lui-même se disait saint, il avait peur qu’il lui fasse ombrage. ‘Amr projette même de l’assassiner puis, pour le décourager il lui envoie deux notables pour formuler ses exigences en matière de dot : 100 pièces d’or, deux mules et deux servantes alors que le jeune homme n’avait rien.

    Mais il parvient à convaincre les deux émissaires de l’immensité de son savoir et ceux-ci plaident sa cause. Ahmed épouse donc Setti qui va lui donner des enfants, notamment Mohammed al Sghir, surnommé Ameziane, en berbère, «le jeune». Avec Setti, il aurait eu également une fille appelée Aïcha et qui est morte au cours d’un séjour au Sahara.

    On a aussi des informations sur une autre épouse d’Ahmed, Kalila. Comme le père de Setti, le père de la jeune fille s’oppose au mariage. Des mystiques, disciples de Ahmed Benyoucef, viennent le trouver et lui disent :

    «Comment peux-tu t’opposer à un mariage qui a été conclu dans le ciel ?»

    L’homme ne comprend pas. Il regarde les envoyés, avec étonnement : «Dans le ciel ? Je ne comprends pas.»

    L’un des envoyés lui dit, sur un ton solennel :

    «Oui, dans le ciel ! C’est Dieu Très Haut qui a décidé d’accorder la main de ta fille à Ahmed Benyoucef, en présence de l’Ange Gabriel, du Prophète Mohammed et des quatre califes éclairés : Abu Bakr, Omar, Athman et Ali !»

    Comme il ne pouvait s’opposer à Dieu ni contester les illustres témoins qui se sont produits, le père ne peut qu’accepter l’union ! Le jeune homme épouse donc la jeune fille et le père, pour le ménager, ne formule aucune condition.

    De toute façon, l’époux était toujours pauvre ! Sidi Ahmed Benyoucef s’est signalé très tôt comme un thaumaturge, c’est à dire quelqu’un qui réalisait des prodiges ou karamate, avec la permission de Dieu. Pour un musulman pieux, en effet, les miracles, c’est-à-dire les phénomènes extraordinaires sont du ressort de Dieu. Les prodiges réalisés par les hommes sont réalisés également par lui, dans le but de convaincre les incrédules.

    Déjà, quand il était jeune étudiant, à Béjaïa, Ahmed Benyoucef faisait preuve d’un extraordinaire don de perception extrasensorielle : il pouvait voir ce qui se passait à des centaines de kilomètres de distance.

    Un jour, alors qu’il se trouvait en compagnie de son maître, le mystique Zarrouq al-Barnousi, celui-ci dit avec nostalgie :

    «Que peuvent bien faire, en ce moment, ma femme et mon fils qui sont à Fès ?»

    Ahmed Benyoucef ferme les yeux, puis les ouvre et déclare aussitôt : «Moi, je sais ce qu’ils font !»

    Zarrouq le regarde avec étonnement :

    «Quoi ! comment peux-tu le savoir ?»

    Ahmed Benyoucef hoche la tête :
    «Je les vois !»
    Le mystique s’étonne :

    «Comment peux-tu les voir. Fès est si loin d’ici !

    – je les vois comme je te vois, c’est Dieu qui m’a donné ce don de voir les choses à distance. Mon regard est entré dans la pièce où ils se trouvent et je vois ce qu’ils font !»

    Zarrouq est émerveillé.

    «Et tu peux, demande-t-il, me dire ce qu’ils font ?»

    Benyoucef répond : «Oui, ton fils est dans sa chambre et ta femme le coiffe. Elle lui a fait des tresses et lui place un ruban de soie sur la nuque, un ruban avec un pompon. Plus tard, un voyageur, venant de Fès et qui a vu la femme et le fils de Zarrouq, confirme ces détails.

    Ahmed Benyoucef avait la réputation de chasser les démons : aussi les proches de personnes que l’on croyait possédées lui demandaient-ils souvent d’intervenir. D’après les auteurs, il ne récitait pas d’incantation ni ne recourait à aucun produit, comme le font généralement les exorcistes, en brûlant par exemple de l’encens ou du benjoin.

    Il lui suffisait d’être là et d’ordonner au djinn de sortir pour qu’il quitte la personne possédée. Un jour, un homme est venu le voir, le suppliant d’expulser le djinn qui, selon lui, l’habitait. Ahmed Benyoucef lui écrit un texte et lui dit : «Va le lire devant ta femme !».

    Il s’agit d’un ordre de sortir donné au djinn. Dès qu’il l’entend, celui-ci parle par la bouche de la femme : «Je m’en vais puisque telle est la volonté du cheikh !».

    Al Sabbagh, le disciple et le biographe d’Ahmed Benyoucef qui rapporte ce prodige en rapporte un autre. Un homme venant d’Alger traverse un affluent du Chélif, en crue. Il est sur le point d’être emporté par les flots quand il invoque le cheikh. Aussitôt un pont apparaît et il peut traverser la rivière en crue en toute quiétude. Le lendemain, le voyageur va trouver le saint et lui raconte ce qui s’est passé : «Le pont, dit-il, c’est moi !» Sa femme, Setti, rapporte que ce soir-là, il était tout mouillé et qu’il a dû garder le lit pour ne pas attraper froid !

    Parmi les prodiges qu’il a réalisés, on cite la multiplication de la nourriture : il lui suffisait, dit-on, de toucher le pain ou un plat pour qu’il augmente de volume ou se multiplie. Il peut de la sorte avec peu d’aliments nourrir un grand nombre de personnes.

    Son élève et biographe al-Sabbagh rapporte un de ses prodiges dont il a lui-même bénéficié. Un jour, le cheikh lui dit qu’il va déjeuner chez lui, en compagnie de trois personnes, al-Sabbagh prépare donc un repas pour quatre invités. Mais en se rendant chez lui, quelques personnes suivent Ahmed Benyoucef pour l’entendre parler.

    Dans chaque quartier où il passe, d’autres personnes se joignent à elles si bien, que c’est toute une foule qui arrive chez l’hôte. Celui-ci s’effraye en voyant autant de personnes à sa porte. «Maître, dit-il à Benyoucef, ces gens, ont-ils l’intention d’entrer chez moi ?»

    Benyoucef s’indigne :

    «Tu ne vas pas les renvoyer tout de même !»

    Mais il comprend aussitôt la cause de l’inquiétude de son élève :

    «Ne crains rien, lui dit-il, donne-nous ce que tu as préparé et uniquement cela !».

    Al- Sabbagh sert donc le repas qu’il a fait préparer : un repas pour quatre personnes mais plus de cent hommes vont manger à satiété et, à leur départ, il restera de la nourriture. C’est la baraka de Sidi-Ahmed Benyoucef

    Ahmed Benyoucef avait beaucoup de disciples et tous affirmaient vouloir le servir, voire mourir pour lui. Un jour, il réunit tous ses disciples et leur dit, avec une certaine ironie : «Acceptez-vous de vous sacrifier pour moi ?». Les disciples sont étonnés par cette question, mais ils répondent tous en chœur :

    «Oui ! sidi, nous nous sacrifierons pour toi !»

    Les jours suivants, il leur pose de nouveau la même question et reçoit, à chaque fois, la même réponse. Ils ne comprennent toujours pas ce qu’il veut dire et surtout ce qu’il a l’intention de faire.

    Un jour, il décide de tester leur fidélité. C’est l’Aïd el-Kébir et, après la prière, les gens s’apprêtent à égorger leur mouton. Ahmed Benyoucef réunit ses disciples – une grande foule d’hommes et de femmes et leur dit d’attendre devant la porte d’un hangar. Il appelle un premier, et lui dit : «Alors, tu es toujours prêt à te sacrifier pour moi ?»

    Le disciple, quoique surpris par la question, répond : «oui, maître.» Alors, le saint ferme la porte derrière lui et quelques instants après on voit un filet de sang couler à l’extérieur. Un vent de panique s’empare de la foule : Sidi Ahmed Benyoucef vient d’égorger son disciple. Le saint apparaît sur le seuil de la porte et appelle un autre disciple.

    «Es-tu prêt à te sacrifier pour moi ?», lui demande-il.
    Le disciple a très peur, mais il répond, d’une voix sûre :
    «Oui.» «Alors, entre rejoindre ton compagnon !»

    Le disciple entre dans le hangar, la porte se referme derrière lui. Et encore Un autre filet de sang.
    «Il l’a égorgé ! crie-t-on.
    Il va tous nous égorger, le cheikh est devenu fou !»

    Les disciples s’éparpillent aussitôt craignant de subir le même sort. Seuls sept hommes et trois femmes ont accepté d’entrer dans le hangar. En fait, le saint n’a fait qu’égorger des moutons et il faisait sortir ses disciples par une porte dérobée. Ces fidèles d’entre les fidèles ont reçu le nom de madhbuh’in, «les immolés».

    Saint et thaumaturge, Sidi Ahmed Benyoucef a été aussi un homme d’action, n’hésitant pas à s’ingérer dans les affaires de la Cité et à prendre parti. C’est ainsi qu’il a critiqué, et parfois avec une grande sévérité, les hommes politiques de son époque.

    Sidi Ahmed Benyoucef s’est donc attiré l’inimitié de certains dirigeants et souverains, notamment le sultan de Fès et les Banu Ziane qui régnaient à cette époque sur l’Ifriqya (l’est de l’Algérie et la Tunisie d’aujourd’hui). Il critiquait les souverains, n’hésitant pas à prendre la défense des opprimés.

    Il leur reprochait aussi de ne pas défendre suffisamment leurs royaumes, menacés par les Espagnols et les portugais qui cherchaient à les conquérir. A l’inverse, il a accueilli avec enthousiasme les Turcs en lesquels il a vu des sauveurs du Maghreb, menacés par les incursions européennes. Les Turcs, en remerciement, vont le combler de cadeaux…

    Cela ne va pas empêcher le saint de faire des critiques à ses alliés quand ils outrepassaient leurs droits. Ahmed Benyoucef consacrait une grande partie de ses activités à l’enseignement de ses doctrines mystiques, exerçant principalement à la Qal’a des Banu Rachid. dont il était originaire.

    C’est d’ailleurs à cet endroit qu’il se trouvait quelque temps avant sa mort. «Mon heure est arrivée, dit-il à ses disciples. Je veux qu’à ma mort vous chargiez ma dépouille sur une mule et que vous la laissiez aller où bon lui semble. Vous m’enterrerez à l’endroit où elle s’arrêtera.»

    Sidi Ahmed Benyoucef meurt peu après et, selon sa volonté, on chargea sa dépouille sur le dos d’une mule qu’on lâcha. Elle a été suivie par une grande foule qui voulait assister aux obsèques du maître. La marche est longue et la mule ne semble pas se fatiguer. Elle arrive enfin aux abords de Miliana : un beau pays de jardins et de vergers fleuris. ce n’est pas dans un verger qu’elle va s’arrêter, mais sur un terrain plein de détritus. En fait, c’est la décharge des juifs de la ville.
    — On ne va pas l’enterrer sur la décharge des juifs ! protestent des disciples.
    — Le maître vaut mieux que cela ! disent d’autres.
    — Il faut l’enterrer ici ! disent quelques-uns. C’était la volonté du maître de laisser le sort choisir l’endroit de sa sépulture.

    On l’enterre donc en cet endroit… indécent. La tradition rapporte qu’un autre mystique qu’il avait un jour offensé – Zarrouq al-Barnousi –, lui avait fait une prédiction : «Tu seras enterré sur une décharge publique.»

    Quoi qu’il en soit, les Turcs vont lui construire un magnifique mausolée qui va devenir un lieu de pèlerinage et faire le prestige de Miliana. En effet, son nom va être attaché à cette ville où il n’a pourtant pas vécu. De nos jours encore, on ne peut pas évoquer la petite ville sans évoquer son wali, son saint patron, Sidi Ahmed Benyoucef.

    ________________________________

    Le coeur perçoit ce que l'oeill ne voit pas


  • Commentaires

    1
    benradia
    Mercredi 15 Novembre 2017 à 19:51

    D'ou vous tirez que Sidi Ahmed Bnyoucef est Berbere et non arabe, détenez vous des doucement officiels pour avancer une telle affirmation, êtes vous spécialiste en généalogie??



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :