• Mots sur hier...Lycée Mustapha Ferroukhi

     

    L'équipe cadette de Basket du Collège de Garçons de Miliana battue aux Jeux Universitaires 1948 de Blida par le Lycée Ardaillon d'Oran d'un panier. J'en étais le seul "musulman" comme on disait alors...Et combien, il vous sera difficile de me reconnaitre !!!

     

    On lui demanda quelques mots, ce qu'il fit:

    Mohamed Hebboul:Le mot de l'un des anciens lors de la première                                        rencontre des ferroukhiens le 1er Mai 2012

    Plus que centenaire, notre collège de garçons, devenu lycée Mustapha FERROUKHI,  a largement contribué à la formation de chacun d'entre nous. Il était aussi, au même titre que Miliana, un foyer    de nationalisme puisque nombre de ses élèves l'ont quitté pour rejoindre le combat libérateur dont très peu en sont revenus.                                                                                                           Gloire à eux!                                                                                                                              Notre lycée reçoit aujourd'hui, plusieurs générations de ses enfants qui vont renouer avec leur jeunesse et ses meilleurs moments d'amitié, de fraternité et de beaux souvenirs.
     Merci aux initiateurs de ces retrouvailles pleines d'émotion                                                            et Dieu fasse que nous en soyons encore 

    ce collège et ses souvenirs : http://gadames.eklablog.fr/la-clef-a121903124

    dsc-0677.jpg

    Dommage pour les mimosas: chaque arbre était destiné à un groupe de lycéens. (Ceux de Ain Defla préféraient celui qui était à proximité de la chaudière)Les Milianais se tassaient sous celui du réfectoire..La particularité de ce Lycée c'est de nous avoir permis le contact avec tant d'amis venus de tous les coins du pays.On appréciait la gentillesse des élèves qui venaient de Cherchel, de Damous, de Novi et de Gouraya, de Djendel, de Ghrib. Nos amis de Theniet étaient amicaux. Nos amis  de Ain Defla n'étaient pas porté sur la littérature mais ils nous damaient le pion en Mathématiques.Que d'amitiés sont nées durant ces années.Je regrette que le Lycée actuel ne regroupe plus  des élèves de différentes régions, ce qui permettait la connaissance de l'autre et son respect.A ce jour durant nos rencontres avec eux, on relate nos souvenirs.Je me souviens de mon grand frère et ami Ahmed Benslimane Allah Yerhmou qui relatait ses années Lycée  avec beaucoup d'affection et de plaisir.Un ami de Gouraya que j'ai rencontré au hasard d'une promenade à Sidi Brahem El Kheouas arrivait à peine à retenir ses larmes en évoquant le nom de Mustapha Ferroukhi.Souhaitons à ce Lycée, la pérennité et  le succès qui fut le sien depuis des lustres.
    Mohamed Benrabah

    Mohamed Hebboul:  J'étais déjà assis à ma place dans le car de Laghouat qui allait me rapprocher de ma destination le Collège de Miliana (400 km plus au nord) où je venais d'être admis en 6ie.Je n'avais pas l'habitude d'un si long voyage car à cette époque on se déplaçait très peu. Juste avant le départ, mon père m'en fit descendre pour me donner les recommandations quant à la ligne de conduite à observer pour l'avenir proche et lointain :                                                                                                                         " je te recommande d'éviter les mauvaises fréquentations, de bannir le kif (la drogue) et le vin et d'éviter si possible la cigarette. Quant au reste, tu es un homme ".

    Je crois m'être comporté comme prescrit, même la cigarette ne réussit à me tenter, ce qui me permit et - à mon tour - de répercuter ces mêmes conseils à l'ainé de mes enfants au moment de son départ pour l'étranger pour études. Ces conseils étaient un bréviaire pour la vie...

     

    ~~Lucie SENE, Mme BRULLE. prof au collège de garçons aujourd'hui Lycée Mustapha FERROUKHI. Photo prise au domicile de Mohamed  HEBBOUL, son hôte lors de son retour à Miliana, longtemps après...

    C'était Miliana, Reine du Zaccar, Philippeville, la Radieuse ou encore, l'Antique Cirta: autant de mirages, qu'un superbe séjour en ce pays vient de fixer en images de bonheur. Miliana! Toujours aussi charmante, petite ville d'Algérie: ce fut merveilleux d'y avoir vécu, plus merveilleux encore d'y être revenue. Comment, après cette déclaration, résister au plaisir de conter dans une suite au Miliana des années quarante-neuf, ce renouveau de jeunesse ? Partons donc en voyage, nous allons découvrir l'Algérie d'aujourd'hui, à travers celle d'hier. Nous rencontrerons des amis, que sont devenus mes anciens élèves, que sont demeurés nos anciens collègues; ils sauront nous aider à mieux comprendre l'histoire de leur pays. Et, nous vivrons, sous le signe de l'Enchantement ces heures inoubliables passées outre-Méditerranée.


  • Commentaires

    1
    Sadek BRAHIM-DJELLOU
    Mardi 18 Juillet à 15:20

    Bonsoir mon cher MOHAMED.Chaque fois que je te lis je vais au fond des choses et j'apprends

    toujours et avec quel bonheur!Les recommandations de ton papa au moment où tu rejoignais

    la ville que le destin t'a choisie pour y vivre toute ta vie sont très utiles et elles t'ont permis de

    vivre sainement.Tout le monde à MILIANA reconnait ta sagesse,ton honnêteté et ton sérieux.

    Je vois maintenant d'où vient tout ça; tu es, comme on dit"Dharria Saliha".

    Ton père allah yarhamou ne pouvait qu'être fier de cette progéniture qui est toi mon cher MOHAMED

    Et certainement tous les autres.

    Je te souhaite une très bonne après-midi,bonne continuation et aussi rabi itawal fi omrak incha allah

                Je t'embrasse très fort.A ma prochaine visite je te promets que je passerai te saluer.

                                                  Sadek BRAHIM-DJELLOUL.

     

                 

     

             

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :