• Les naufragées de Ben-Haoua

    Les naufragées de Beni-Haoua

      

       Etaient-elles Hollandaises, Françaises, Espagnoles, Italiennes                           à s'échouer à Béni Haoua ? ("Les Enfants d 'Eve"), petit port de pêche à l'ouest d'Alger entre Cherchell et Ténès ?

       Etaient-elles des religieuses ou des aventurières ?

       Que faisaient-elles sur un batiment en partance pour la guerre ?

       Incertitudes ...    

    Voici l'histoire du naufrage de

    leur bateau "Le Banel"

     

     http://normandie-zoom.com/blog/images/live-armada/2008/041-amerigo-vespucci.jpg

      

    .....Suite à la révolte fomentée par Toussaint-Louverture, Bonaparte envoya une escadre dans le but de la mater.Sur l'un des vaisseaux,le Banel, prirent place des nonnes Hollandaises. Partie de Toulon (1802)..l'on dit pour les Amériques, l'escadre croisa d'abord en méditerrannée. A la suite, d'une tempête, le Banel s'échoua dans une crique abritée sur les côtes Algériennes.

    Mais, surtout, la légende d'un voilier qui a échoué sur la grande plage et dont les récits et témoignages meublent les fraîches soirées estivales du village.
    Lhistoire particulière du banel, un trois mats sorti un mois d'avril de l'année 1802 du port français de Toulon, cinglant toutes voiles dehors vers les Amériques sera dévié de sa route et ira s'échouer sur la baie des Souahlias, prés de Béni-Haoua, à une quarantaine de kilomètres de la ville de Ténès. Pour les passagers du "Banel", c'est le début d'une autre aventure.
    A cette époque, l'Algérie étant sous régence ottomane, les côtes de la baie des Souahlias et de Doumia étaient désertes, hormis celles près de Ténès où les bateaux napolitains, français ou britanniques de passage devaient payer un droit de péage. Pas âme qui vive jusqu'à Ténès.Pourtant, les secours viendront de la montagne, où vivait une petite communauté berbère sur les contreforts des montagnes de Bissa. Aujourd'hui encore, témoin du destin tragique de cette expédition vers les Amériques, l'ancre du ''Banel'' (El Fès en langage local) orne toujours, immense et rouillée, l'une des criques de Béni-Haoua, sur la route vers Ténès. Les naufragés, dont sept religieuses, seront secourus par les populations qui habitaient les montagnes environnantes. Très vite, ils s'intègrent parmi la population berbère locale. Les sept religieuses, selon la légende, auraient surtout pris en charge sur le plan sanitaire les besoins des populations locales, au point que de tous les naufragés du Banel, il ne reste jusqu'à présent que le souvenir des sept soeurs, enterrées prés du village et que le touriste de passage peut visiter.

    Pourtant, c'est l'une d'elles, celle que les gens de Béni-Haoua et des villages avoisinants appellent encore "Yemma Binette", qui fera l'histoire de cette région nichée entre criques sauvages et forêts de pinèdes, de romarins et de figuiers.

      .http://i168.photobucket.com/albums/u171/mesk-ellil/yemmabinettezz7.jpg

    Mausolée de Mama Binette


    A la mort de "La mère Binette", qui serait "la seule à mourir religieuse" selon certaines versions du récit de ce naufrage, un mausolée a été construit et les sept religieuses y ont été enterrées. Le mausolée, avec les sept tombes orientées vers La Mecque, existe toujours, malgré quelques prédations. Entre-temps, la mémoire des sept religieuses s'était déjà confondue avec l'histoire sociale et culturelle de la région, au point que des "ziaras"(visites religieuses)  s'effectuaient jusqu'à une date récente à la tombe de "Yemmaa Binette".


    Un film a été produit raconte ce naufrage: Le Banel, coproduit par ENTV-Algérie et France 3 Méditerranée

    http://cheliff.org/images/banel.jpg

    ________________________________

     le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas

     


  • Commentaires

    1
    ali trombone
    Mardi 5 Juin à 13:43

    MERCI   considerations  pour votre travail



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :