• scenes d'hier

     

     

    J'espère que vous aussi avez connu des bonheurs semblables auprès de vos aïeuls...

     

     

     

     Ma grand'mère Kerroum Chouikha fille de Moussa et Nakhla                        (palmier dattier femelle).J'ai eu la chance de connaitre mes aieuls                jusqu'à mes années lycée et me rappelle encore le regard attendri qu'ils portaient sur leur rejeton de 4ie génération que j'étais. Errahma lahoum.

     

      

     Ah ! Ya dhak el matloue !!!

     

    Ma grand mère née Kerroum Chouikha, laha Errahma, dont j'étais le petit-fils préféré à qui elle offrait toujours la plus belle part de quoi que ce soit, ce qui attirait la jalousie de mes cousines et cousins quant j'allais lui rendre visite à Ksar El Hirane, 30 km au sud de Laghouat gérait à sa façon la marche de la maison familiale.

     

    Blog de ghadames : ghadames, L'oreille doseuse

    Au diner, nous nous mettions tous autour d'une immense gassaâ de couscous - tous les soirs couscous - avant une longue veillée que je terminais endormi sur la cuisse de grand' mère. Levé tôt le matin, je passais la journée avec mes oncles Laïd, Ferhat et Haoua se consacrant aux travaux du jardinage de leur propriété sise 3 à 4 km au bas du village et tirant l'eau d'arrosage des plantes et arbres d'un puits sis au milieu de la propriété

     

    Pour notre "repas" de midi, grand'mère nous donnait à chacun une metlouâ, 3 dattes et pour nous tous un "tass" - broc - plein de chnine, petit-lait. Ce frugal déjeûner se déroulait sous un grand arbre centenaire aux branches duquel flottaient de nombreux bouts de tissus attachés là en guise de voeux par les dames du village. Cet arbre était vénéré comme un Marabout...Elle dort à Sidi Yanès à Laghouat où je lui rends visite à chaque occasion, Errahma laha...

       1-copie-16.jpg

    A l'époque il y avait profusion de scorpions à Ksar El Hirane et nous dormions sur un lit de branchages surelevé par 4 piliers en bois pour éviter leurs piqûres. Grand'mère détenait la clef de la "Houjra" - pièce de stockage - attachée à sa ceinture, répartissait les tâches domestiques à ses 3 brus qui se mettaient à ses côtés derriere le métier à tisser.    

     

    Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :