• Le Bey de Tunisie

     

    J'ai "fréquenté" les Grands"

     Vers le mlieu des années 40, en l'Hôtel Transatlantique de Laghouat, appelé alors  "Le Transat" devenu l'Hôtel Marhaba de nos jours, était en résidence surveillée le Bey de Tunis, Moncef  Bey en raison de grandes difficultés politiques avec les autorités françaises, la Tunisie étant sous protectorat français .

    Moncef Bey, nom francisé de Mohamed El Moncef Bey, né le 4 mars 1881 à Tunis et décédé le  1er septembre 1948 à Pau, est bey de Tunis du 19 juin 1942 à sa destitution le 15 mai 1943. Il est l’avant-dernier représentant de la dynastie husseinite

    Le 14 mai 1943, le départ de Moncef Bey  pour l’exil, à  Laghouat, cité du sud algérien, décidé par le général Juin, arrivé la veille à Tunis pour assurer l’intérim de la Résidence générale, s’est effectué dans des conditions indignes de la France. 

    A six heures du matin, les généraux Jurrion et Morreau se présentent au domicile de Son Altesse et le prient de s’habiller pour les accompagner à la Résidence pour affaires urgentes. En cours de route, le cortège bifurque vers l’aérodrome d’El Aouina. Il est alors embarqué. Trois heures plus tard, Moncef Bey atterrit à Laghouat, où un petit pavillon lui est réservé en l'Hôtel Transatlantique, le Transat, devenu l'Hôtel Marhaba 

     

    Résultat de recherche d'images pour "hotel el marhaba laghouat"  Couverture 

     

    Avec des copains Lahoum Errahma, les cousins TADJ Bachir et Mahmoud "Ben Dokmane", tout jeunes que nous étions - dans les 13 ans - 14 ans - pas tous pieds nus -, nous rendions "visite" au Bey, assis sur la terrase de l'hôtel qui surplombait une rue - El Kabou-  aussi Rue de la Grande Séguia. Ces instants faisaient de nous des "GRANDS", face à sa simplicité et ses facultés de se mettre à notre niveau pour une "discussion" qui se rapportait à nos parents, nos "études", à pourquoi il était là et ne se joignait pas à nous pour lui faire connaitre notre ville...et sa si belle oasis.

     

    Résultat de recherche d'images pour "laghouat, Rue d'El Kabou ou de la Grande Seguia"  Couverture 

       Rue d'El Kabou ou de la Grande Seguia

    Cette Rue d'El Kabou, vue par mon ami Mohamed Hadj Aïssa

    La rue « grande seguia » ou el kabou est le plus beau souvenir que je garde de mon enfance . C’est là où je suis né , c’est là où j’ai joué et gambadé , c’est là où j’ai appris à aimer la beauté , c’est là où j’ai appris à me passionner pour cette ville et à porter cette passion jusqu’à mes vieux jours .                                                   Cette rue , si belle, si propre , si prenante …Notre ami l’artiste-peintre Laid Siga a su la reproduire dans ses tableaux . Merci hadj Laid pour ces si belles œuvres d’une rue qui reste l’une des plus représentatives du passé de cette ville

     Le Bey fut ensuite transféré à Ténès, ville côtière, où existe encore la Villa du Bey ou "Dar El Bey" - je suis passé devant, en son souvenir - où il fut détenu et qui sert de villa d'hôte au Wali de Chlef et après en France, à Pau, où il résida jusqu'à sa mort le 1er septembre 1948

    En face de cet Hôtel Transatlantique, se trouvait une bâtisse où logeaient d'autres dignitaires que les 3 copains ci-dessus connurent et dont ils partagèrent le gite et le couvert...                                                           http://gadames.eklablog.fr/histoire-de-trois-jeunes-laghouatis-a130234916?logout                                                                              

    ________________________________

    Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :