• la gaâda poétique

     

     

    Héroïque Algérie

    Fier de son histoire et sa géographie

    Ce pays a lutté, relevant les défis

    Son peuple a combattu l’hydre sanguinaire

    Lorsque le monde entier voyait et laissait faire

     

    Les uns riaient sous cape, voulaient la soumission

    Les autres soutenaient bien fort la régression

    Au moment où nos lions livraient une bataille

    Sur les monts, dans les vaux, une lutte sans faille

     

    L’Algérie a déjoué les plans machiavéliques

    Lui barrant le chemin du progrès authentique

    Elle a payé le prix comme à l’accoutumée

    Fidèle à ses martyrs, c’est connu désormais

     

    La forêt, la montagne, le désert et la mer

    Embellissent cette terre dont les siens sont fiers

    Contraints de vivre ailleurs, souvent à contrecœur

    Ses enfants qui l’adorent y reviennent et meurent

     

    Merci mon bel éden et que le ciel pardonne

    A ceux qui n’ont pas su l’affection que tu donnes

    Même tes ennemis aux clameurs honteuses

    Reconnaissent maintenant ta position sérieuse

     

    Ceux qui chantaient naguère, qu’ils dansent maintenant

    Comme la cigale du fabuliste Jean

    Les années rouges sont derrière et l’avenir promet

    Aux braves de ce pays de vivre et de s’aimer.

    De Brahim Boumedien, mon ami, cité dans l'anecdote de fin de page

    L’image contient peut-être : 3 personnes
     
    La ga3da ou Gaâda nomade ou à la nomade                                                                        Moments de déclamation de poèmes                                                                          dans  une convivialité toute saharienne sous la khaïma
    Admirable attention en capture et appréciation de chaque mot. 
     
    La poésie est un genre littéraire très ancien aux formes variées,                                                         écrites généralement en vers mais qui admettent aussi la prose,                                                                 et qui privilégient l'expressivité de la forme, les mots disant plus                                                         qu'eux-mêmes par leur choix (sens et sonorités)                                                                                          et leur agencement (rythmes, métrique, figures de style).
     
     
    Houari Boumediene s'y reporte en disant à El Kaddafi :
     
     
     
    Quand Kadhafi se faisait reprendre par Boumediene
    Échange entre “zaïms” sur la culture des Algériens 

    À la fin d’un dîner de sommet arabe des années 1970, Kadhafi fut pris d’un malaise. Ne pouvant mettre la main sur son médecin, Boumediene lui propose les services de son docteur.                                                                                                            “D’accord, répond le “guide”, mais ça m’étonnerait qu’il comprenne l’arabe, les médecins algériens étant formés par la France et, peut-être, sera-t-il gêné par l’inconfort de la khaïma, habitués que sont vos médecins au luxe parisien…?”                                       Devant ces insinuations sur l’inculture et l’influence dont souffrent les Algériens, Boumediene rétorque:                                                                                                                      “Tu auras toujours intérêt, mon cher Mouammar, à fréquenter les Algériens. Mon médecin est médersien et excellent bilingue, en plus d’être très bon clinicien. Il va soulager tes maux, mais connaissant ton penchant pour la poésie arabe, tu auras le privilège d’apprendre, avec lui, quelques notions de “balagha”, des Mou’alakat et les différences de style entre Imr-ou-El-Kaïs et Zoheïr Ibnou Abi Salma. Il peut t’entretenir de science, de fiqh, d’histoire des civilisations et de littérature latine, et non pas uniquement française. Et pour la khaïma, c’est un fils d’une région du Sahara, connue par sa race ovine, ses palmiers et par ses poètes ; il a grandi dans une tente moins luxueuse, éclairée à la bougie et dotée de lait de chamelle !”
     
    Boumediène parlait ainsi du Pr Kebbab Mohamed, ami de mon ami Brahim Boumedien qui m'a rapporté à son sujet : 
     
    le médecin dont il est question, le professeur Kebbab Mohamed (Rahmatou Allahi alayhe) était un frère et ami d’Ouled-Djellal, où lui, comme moi, sommes nés et avons grandi pour ensuite continuer nos études à la médersa de Constantine où il me dépassait de deux classes. C’était effectivement une sommité sur le plan professionnel et intellectuel et d’une modestie sans égal. C’était le genre de gars qui t’animait une discussion avec une grande spontanéité et sans effort. Il était aimé et apprécié de tous, pour ses qualités morales et sa disponibilité à rendre service chaque fois que quelqu’un frappait à sa porte. Malheureusement, ce médecin-militaire, officier supérieur de surcroît a rejoint l’éternel trop tôt, à l’âge de cinquante-trois ans ! Celui qui est au ciel, saura le récompenser.
     
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus, plein air et nature
     
      ________________________________
    Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas
     
     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :