• La Clef

     

      Résultat de recherche d'images pour "Entrée du Lycée Mustapha Ferroukhi à Miliana"

    La Clef


    Potache et interne au CollègeModerne de Garçons de Miliana, devenu Lycée Mustapha FERROUKHI, révolutionnaire décédé dans un accident d'avion avec partie de sa famille en allant rejoindre son poste d'Ambassadeur de l'Algérie Combattante à PEKIN, je ne sais comment je m'étais débrouillé pour avoir la clef de la porte d'entrée principale du Lycée. Ainsi, chaque fois que possible, je m'esquivais pour des veillées en ville, particulièrement pendant le mois du jeûne.
     


     Et c'est ainsi qu'au retour d'une soirée ramdanesque, j'ai trouvé l'un de nos surveillants d'internat devant la porte du Lycée sonnant indéfiniment sans qu'on vienne lui ouvrir. C'était Mr KACEDALI qui, l'indépendance du pays acquise, deviendra Proviseur de ce Lycée avant sa désignation comme Directeur de la prestigieuse Ecole Nationale d'Administration (ENA).

    Vite fait, je me dissimulais derrière l'un des platanes faisant face au Lycée, attendant que la voie se libère. Mais personne ne vint lui ouvrir. Au bout d'un long moment, je me suis présenté à Mr KACEDALI, lui disant par peur de punition, de consigne et surtout de perdre ma clef:     "! Monsieur, je vous ouvre, mais vous ne m'avez jamais vu...!" pour m'entendre répondre: "Ouvre, mais tu ne m'as jamais vu et je ne t'ai jamais vu"... !!!

    Et c'est ainsi que nous sommes devenus 
    tous les deux subitement aveugles 
    aux Portes de la Lumière et du Savoir
    __________________________________________
     
    Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas
     
     

  • Commentaires

    1
    hannane
    Dimanche 21 Mai à 19:07
    Je me souviens..
    Interne , boursier, je fus invité par mon ami attallah , à une séance de cinéma pendant le mois de ramadan. Il était grand et possédait une clé de la porte d'entée du collège. Je le suivis sans poser de question. La séance de cinéma terminer , il fallait Terminer la soirée par une promenade dans la rue Saint Paul. Voilà que nous tombâmes en face du surgé Mr Rimet . Je fus pris de panique à l'idée d'être pris en flagrand délit de désobéissance et que sais je encore : adieu les études , adieu la bourse sans compter les tourments des parents qui suivaient une probable expulsion .Mon ami me couvrit de sa haute stature et nous pûmes croiser le surgé et sa famille de quelques centimètres. Un grand soulagement grâce au sang-froid de mon ami. Et comment puissions nous entrer dans le collège où notre absence aurait pu être remarqué , mais rien de tout cela. Mon ami poussa la plaisanterie jusqu'à m'inviter sur le toit du collège pour terminer la soirée en dégustant une zlabia , achetée auparavant. Mon ammi avait donc la clé du collège. Plus jamais une telle aventure , mais quel souvenir!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :