• L'Aéroport Houari Boumediène

     

     

     

    Alger, Aéroport Houari Boumediène

    L'Aéroport Houari Boumediène

    A son arrivée de son lointain pays de résidence, Saâd-Eddine, l'un de mes enfants, trouva à son accueil trois générations: son père, ses frères, ses neveux et nièces dans un aéroport digne de ce nom à l'extension bientôt achevée. J'y ai retrouvé tout un échantillonnage de la société algérienne     - dans les 42 millions, recencement récent - et de joyeux enfants courant par-ci, par-là, montant et descendant les escalators. En comparaison, un éclair me transporta à ma prime jeunesse où nous étions souvent pieds nus et le ventre pas toujours rassasié.                                                              J'y ai vu aussi une centaine de petits enfants sahraouis accroupis et leurs moniteurs m'apprirent qu'ils allaient passer quelques jours au bord de mer, mer que beaucoup d'entre eux verront pour la première fois. Merci à mon pays pour sa généreuse hospitalité                                                         Et puis Saâd m'apprend que l'avion d'Air France en provenance de Paris était plein d'Européens, ce qui montre que notre pays redevient "fréquentable" , un signe rassurant...                                       Une belle journée !                       

     A propos de l'Aéroport Houari Boumediène

     

    J'étais président de l'Association des Parents d'élèves de l'Ecole Primaire Nasreddine Dinet         (ex-Maubourguet) de Miliana et nous organisions des sorties d'élèves en divers endroits pour découvertes pour beaucoup d'entre eux et susciter ou éveiller quelque vocation 

    La visite de la Tour de Contrôle de l'Aéroport Houari Boumediène d'Alger nous fut permise par son Directeur, mon ami Hamza Djéridane, et il fallait voir la curiosité et les questions de ces bambins aux Contrôleurs du Ciel que j'ai remerciés pour leur disponibilité.

    De là naquit le désir de l'un de mes enfants, Malik, pour le pilotage d'avion...et son entrée à l'Ecole d'Aviation de Tafraoui, près d'Oran. Après quoi, il fut envoyé en Angleterre, ACEG Anglo-Continental School of English à Bournemouth , où il résida chez l'habitant pour perfectionnement de son anglais. Au terme de ce séjour de 6 mois, il se retrouva en Hollande à l'Ecole Internationale de Pilotage NLS, National Luchtvaart  School à Maastrich d'où il ramena son diplôme de Pilote de Ligne.

    Et ainsi, il eut à transporter entre autres Yasser Arafat, Président de l'Autorité Palestinienne, le Président François Mitterand et son épouse vers Djanet et faire des recherches aériennes au Sahara pour retrouver le fils de Madame  Margaret Tatcher, Premier Ministre du Royaume-Uni, égaré dans l'immensité saharienne qui fut repéré et ainsi sauvé d'une mort certaine, sans parler de Chefs d'Etat et autres personnalités....                                                                                                                                           Et ainsi Malik parvint-il à réaliser ses désirs d'enfance...

     

     Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas

     


  • Commentaires

    1
    Sadek BRAHIM-DJELLOU
    Jeudi 6 Juillet à 10:05

    Excellent mon cher MOHAMED!Je suis très ému chaque fois que je lis tes écrits.

    Je demande à DIEU de te garder car,crois moi tu fais partie des denrées rares.

    J'espère qu'à ma prochaine visite à MILIANA j'essaierai de te rendre visite.

    Cela me fera un immense plaisir.

    Je t'embrasse très fort et te souhaite de passer d'agréables moments avec

    tes convives si chers.

            Sadek BRAHIM-DJELLOUL

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :