• Histoire de trois jeunes laghouatis

     

    En hommage et à la mémoire de mes amis Tadj Bachir et Tadj Mahmoud, Rahimahoum Allah

    ~~--- Dans la prison de la ville de Laghouat, transformée en local scout et ensuite en Direction des Anciens Moudjahidine, où avec mes copains Tadj Bachir et Tadj Mahmoud ben Dokmane - dont je salue les enfants - nous fumes incarcérés pour une douzaine de jours à l'âge de 13 ans pour les motifs ci-après relatés.

    Histoire vraie

    Ca se passe dans une ville-oasis du sud, Laghouat, à l'époque des Territoires du Sud, durant l'année 1945, pendant la deuxième guerre mondiale opposant les Français aux Allemands. Dans les casernes de la ville étaient détenus des prisonniers allemands qui, des meurtrières des murs d'enceinte, quémandaient par gestes, de la nourriture aux passants qui eux-mêmes en manquaient. C'était une période dure et de privations et ceux des rescapés de cette époque ne les oublient pas.

    Ces prisonniers étaient très jeunes et la plupart blonds. Nous étions 3 copains, tous âgés de 13 ans habitant tous l'Avenue Cassaigne et ne comprenions pas que ces "roumis" habitués au lucre et l'aisance en soient arrivés à l'aumône, la misère étant réservée aux indigènes miséreux que nous étions.                                    Affiliés aux SMA (Scouts Musulmans Algériens), nos Chefs nous inculquaient la fibre nationaliste  et aux dires de l'un d'eux, Si Lamine Hadj Aïssa, que Dieu ait son âme, que si les Allemands gagnaient la guerre contre les Français, l'Algérie obtiendrait son indépendance !                                                                        Additionnées à notre humanisme et patriotisme naissants, ces paroles nous poussèrent à la charité dont la plupart d'entre nous en avaient si besoin ! Mes copains et moi cherchions par ci, par là, quelques restes de pain rassis comme El Mella (pain cuit dans le sable) que mon père n'avait pas mangée alors qu'il était khammès  (la paie du khammès représente 1/5ie de la récolte) à la dhaya au sud-ouest de Laghouat pour la culture du blé. Nous grignotions aussi sur nos maigres repas pour en jeter le résultat aux prisonniers allemands.                                                                                                                                                                 L'Administrateur de la ville, de sinistre renommée, HIRTZ  l'apprit et nous fit arrêter et jeter en prison ! Emprisonner des gosses de 13 ans !!!                                                                                                                                         ~~Nous voilà donc dans une salle avec des détenus de droit commun.                                                                         Au fond de cette salle se trouvaient les tinettes (de grands fûts au dessus desquels se trouvaient deux poutrelles) desquelles se dégageait une odeur acre des plus nauséabondes et étant les derniers arrivants, nous eûmes l'infortune d'en être les plus proches !                                                                                                                   Les autres prisonniers de droit commun nous tranquillisèrent et nous encouragèrent, « les prisons étant faites pour les vrais hommes » à leurs dires et qu'il nous fallait penser à la libération pour alléger nos peines juvéniles, etc...etc...et ils respectèrent ces gringalets que nous étions tout au long de notre séjour parmi eux.

    Nos parents ne purent nous rendre visite durant notre détention et faisaient le pied de grue continuellement devant la prison. Et Mr BENSALEM Mohamed, responsable local de l'UDMA (Union Démocratique du Manifeste Algérien), appelé aussi "Bouchoucha", parti de Mr Ferhat ABBAS , se démenait sans cesse auprès de l'Administrateur HIRTZ aux fins d'obtenir notre élargissement ce qui se fit après une douzaine de jours nous évitant, aux dires de l'administrateur, une maison de redressement !                                                                    Ainsi va la vie avec ses hauts et ses bas mais elle mérite d'être vécue... surtout l'indépendance acquise.                 Gloire à nos valeureux Choudada !

    -----------------------------------------------------

    Lecoeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :